22.01.2020

Rencontre d'exception autour du serial entrepreneur Norbert Friob

En sa qualité de membre du BCFL, EuroPartner SA, hébergé au sein du business center Ginkgo Solutions Facilities, a accueilli en ses locaux luxembourgeois la première réunion de l’année du Groupe de travail AASE («Accueil et accompagnement de sociétés étrangères»).

Une session un peu particulière, puisqu’elle s’est organisée autour de la présentation du livre «Norbert Friob: tête-à-tête(s) avec un enthousiaste», en présence du multi-entrepreneur, Norbert Friob, et des deux co-auteurs du livre, Anne-Claire Delval (Deep, également membre du BCFL) et Jean-Michel Gaudron.

En un peu plus d’un demi-siècle, Norbert Friob a créé ou participé à la création ou au rachat d’une soixantaine d’entreprises au Luxembourg.

Un parcours entrepreneurial exceptionnel pour un homme qui a grandi dans un contexte familial modeste et dont le premier travail fut l’entretien des ateliers de Cockerill à Athus.

La création, au début des années 1970, de Prefalux, est l’un des points d’orgue de sa carrière.

La société est, aujourd’hui, un des acteurs majeurs en matière de construction préfabriquées et a acquis une expertise de pointe qui lui a permis de réaliser à Luxembourg, des ouvrages aussi complexes que la structure en bois de la salle d’Coque dans le quartier du Kirchberg, ou l’habillage du château d’eau à Gasperich, mais aussi toute la charpente de la station polaire Reine Elisabeth, actuellement en service au Pôle Sud.

«Je connaissais l’homme d’affaires et, tout au long de l’écriture de ce livre, j’ai découvert l’homme», a expliqué Jean-Michel Gaudron.

«La dimension humaine et la bienveillance sont essentiels dans le parcours de Norbert Friob. Et toutes les personnes que nous avons rencontrées nous l’ont confirmé. Il est heureux quand les autres réussissent!», a complété Anne-Claire Delval.

 *****

L’intéressé, lui, s’est prêté de bonne grâce au jeu des questions-réponses, mettant en avant quelques principes qu’il a appliqué tant dans sa carrière d’entrepreneur que dans sa vie personnelle. Le tout porté par un enthousiasme permanent.

«L’entrepreneur se doit d’être courageux et de respecter trois conditions pour son succès: d’abord le travail, ensuite le travail et enfin le travail», a-t-il expliqué.

«J’ai, aussi, eu la chance de savoir bien m’entourer et d’avoir toujours fonctionné à l’instinct et à la confiance. Cela ne m’a pas toujours valu que de belles choses, mais la balance est tout de même largement positive au final

La liste des réussites et succès de Norbert Friob est longue. Mais l’entrepreneur ne nie pas ses échecs, bien au contraire.

«C’est un des chapitres les plus importants de ce livre: il s’appelle ‘Apprendre par l’erreur’, un terme que je préfère d’ailleurs à échec. J’y décris une quinzaine d’exemples où les choses se sont mal passées, parfois à cause de dirigeants incompétents, parfois à cause d’un excès de confiance ou bien à cause d’un environnement économique défavorable. Mais dans tous ces exemples, j’ai toujours su tirer des leçons positives qui m’ont permis d’aller constamment de l’avant».

Aujourd’hui âgé de 78 ans, Norbert Friob a, désormais, pris du recul et commence à savourer une retraite bien méritée. Il porte sur plus d’un demi-siècle de carrière professionnelle intense un regard forcément ému . «Parvenir à faire passer des idées du papier à la réalité du terrain donne une évidente satisfaction. Cela m’a permis de me réaliser personnellement, tout en me rendant utile aux autres

Pendant plus d’une heure, le récit de Norbert Fiob a nécessairement captivé l’assistance qui n’a pas manqué de poser de nombreuses questions pour prolonger les échanges, au-delà du temps imparti…

Plus d'informations disponibles dans nos Archives.