03.02.2020

Réception de Nouvel An du Business Club France-Luxembourg

De gauche à droite : Mme Laurence Sdika (BCFL / Chambre de Commerce Luxembourg / Ambassade du Luxembourg en France); Monsieur Bernard Spitz, Président de la Commission International du MEDEF; Madame Michèle Detaille, Présidente de la FEDIL et S.E. Mme Martine Schommer, Ambassadeur du Luxembourg en France.

Pour sa réception de Nouvel An, le Business Club France-Luxembourg (BCFL) n’a pas dérogé à la tradition des vœux.

A l’aube de son cinquième anniversaire, et en présence d’une centaine de ses membres et partenaires, le BCFL s’est réuni le 31 janvier dernier en la Résidence du Luxembourg à Paris.

S. E. Mme Martine Schommer, Ambassadeur et par ailleurs Vice-Présidente de droit du BCFL - aux côtés de M. Carlo Thelen, CEO/DG de la Chambre de Commerce du Luxembourg – a salué les actions menées par le Business Club tout au long de l’année écoulée et formé le vœu d’un calendrier tout aussi riche et de qualité pour 2020, en vue de renforcer toujours davantage les liens entre les communautés d’affaires des deux pays.

Le Conseil d’administration du BCFL, qui s’était réuni le matin – même, s’est d’ailleurs précisément penché sur certaines des manifestations déjà à l’agenda pour célébrer au mieux les cinq ans du club d’affaires à l’automne prochain.

Parmi lesquels certains événements d’envergure qui seront annoncés sous peu et impliqueront différents partenaires du BCFL, aux premiers rangs desquels l’Ambassade du Luxembourg en France, la Chambre de Commerce du Luxembourg mais aussi la FEDIL côté luxembourgeois ainsi que le MEDEF côté français. Sans oublier les Consuls honoraires en régions, les Chambres de commerce françaises et bien sûr les acteurs économiques privés et publics qui forgent la relation France-Luxembourg au quotidien.

Le Medef et la Fedil étaient d’ailleurs, pour l’occasion de la cérémonie des vœux du 31 janvier, les invités d’honneur du BCFL. Représentés respectivement par Monsieur Bernard Spitz, Président de la Commission International du MEDEF et Madame Michèle Detaille, Présidente de la FEDIL, ils sont intervenus successivement pour transmettre leur vision du lien bilatéral et leurs ambitions à ce sujet.

Monsieur Pierre Gramegna, Ministre des Finances et parrain du BCFL, avait pour sa part été excusé pour pouvoir participer à l’hommage solennel rendu au député Eugène Berger, décédé quelques jours plus tôt.

Face à une assemblée à l’écoute, particulièrement en ce jour officiel de Brexit, les interventions de Monsieur Spitz et Madame Detaille se sont révélées particulièrement éclairantes.

M. Spitz a rappelé les attentes très fortes de l’ensemble des acteurs concernés afin que l’UE ne ressorte pas affaiblie de cet épisode historique. Insistant sur la nécessité d’aborder ce choc de façon plus optimiste que pessimiste, le Président de la Commission International du MEDEF n’a pas manqué de citer, en exemple porteur d’espoir, le rôle du mouvement des « sardines » en Emilie-Romagne (Italie) pour faire barrage à la montée du souverainisme et de l’extrême-droite.

Toujours dans cette vision du « verre à moitié plein », indispensable à ses yeux, M. Spitz a souligné que les réformes en France allaient dans le bon sens, rappelant certains indicateurs, allant des chiffres du chômage à la fiscalité en passant par les efforts en matière de formation ou encore les chiffres de la croissance, certes faible, mais supérieure à celle du voisin allemand.  

« On ne peut pas faire des réformes et vouloir dans le même temps la stabilité juridique. Cela s’appelle une injonction contradictoire » a-t-il fait remarquer.

La sécurité juridique est bien un argument à la faveur du Luxembourg s’est, chargée de souligner Mme Detaille. N’osant alors même pas évoquer le climat social, a-t-elle gentiment plaisanté, en référence aux mouvements de grèves persistants en France ces derniers mois, la stabilité politique et la prévisibilité en matière économique constituent de véritables arguments pour tout investisseur ou entrepreneur potentiel.

Insistant sur l’importance du secteur industriel dans le tissu économique, la présidente de la Fedil n’a pas manqué non plus de mentionner les efforts constants du secteur en vue d’innover : révolution numérique et transition énergétique constituant notamment deux éléments cruciaux pour permettre au secteur de continuer à se diversifier et conserver son dynamisme.

Rappelant que le Luxembourg était bien davantage qu’une place financière majeure, elle a également salué son caractère éminemment international, sa taille qui représente un atout certain à bien des égards (échanges plus faciles, mini – laboratoire, peu de concurrence en interne…) ainsi que le rôle croissant joué par les acteurs R&D du pays et notamment sa jeune Université à la pointe du progrès et qui, aux côtés d’acteurs tels que Luxinnovation ou encore la Chambre de Commerce du Luxembourg, peut jouer un rôle de facilitateur pour tout projet de création de société innovante.

Les échanges se sont clôturés autour d'un cocktail déjeunatoire chaleureux, faisant la part belle aux opportunités de réseautage entre participants Français et Luxembourgeois.

Réseautage d’autant plus chaleureux qu’il s’est déroulé autour d’une dégustation de vins de la Moselle et notamment ceux primés - dans le cadre du Concours européen des vins de la Moselle - la veille en la Résidence de l’Ambassadeur du Luxembourg en France, à savoir les vins du Domaine Laurent et Rita KOX, ceux des Caves Saint Martin ou encore  Reichsgraf Von Kesselstatt.

 

Galerie photos

[© BCFL/Maëlenn de Coatpont (maelenn.com)]

Plus d'informations disponibles dans nos Archives.