19.01.2018

Luxembourg au cœur du nouveau réseau européen de supercalculateurs

(Photo: itnation.lu)

Dans le cadre de son programme EuroHPC, l’Union Européenne va investir près d’un milliard d’euros dans le développement d’une infrastructure HPC mutualisée sur les 4 prochaines années. 486 millions d’euros proviendront directement du budget de l’Union européenne tandis que le solde sera financé par les États membres, parmi lesquels le Luxembourg, et des États associés au programme comme la Suisse.

Le Grand-Duché à la manœuvre

Le Luxembourg est à l’origine du projet d’intérêt stratégique européen « high performance computing » (HPC). Il a été suivi par l’Italie, l’Espagne, la France, l’Allemagne, le Portugal et les Pays-Bas dans ce programme. Ensemble, ces partenaires ont lancé le coup d’envoi officiel de la stratégie d’implantation d’un réseau HPC européen en mars dernier à Rome. Courant 2017, la Belgique, la Slovénie, la Bulgarie, la Suisse, la Grèce et la Croatie ont rejoint l’initiative.

EuroHPC aura son siège au Luxembourg

La volonté et l’enthousiasme du Luxembourg pour la mise en œuvre d’un nouveau réseau de supercalculateurs européens viennent d’être récompensés. En effet, la Commission européenne a proposé d’établir le siège de l’entreprise commune EuroHPC au Luxembourg. En tant que nouvelle structure juridique et financière, l’EuroHPC va acquérir, mettre en place et déployer dans toute l’Europe une infrastructure pan-européenne intégrée de supercalculateurs.

Une structure opérationnelle avant la fin de l’année

Dès son établissement au Luxembourg au cours du deuxième semestre 2018, la structure opérationnelle EuroHPC appuiera également un programme de recherche et d’innovation afin de développer les technologies et machines (matériel informatique) ainsi que les applications (logiciels) qui fonctionneront sur ces superordinateurs capables de traiter des millions de milliards de calculs par seconde (petaflops).

Offrir à l’Europe une réelle capacité de calcul

L’initiative EuroHPC apportera à terme les capacités de calcul nécessaires aux entreprises, aux centres de recherche et aux universités pour assurer la compétitivité de l’UE dans le cadre du développement de l’économie digitale en Europe. Ces super-machines sont notamment utilisées pour faire des simulations numériques dans le domaine industriel, scientifique ou médical. Le calcul à haute performance exige tellement de ressources que les calculs ne peuvent être effectués à l’aide d’ordinateurs à usage général.

« La proposition de la Commission d’héberger la structure EuroHPC au Luxembourg confirme l’attractivité du Grand-Duché comme pays innovateur, a commenté le Premier ministre, Xavier Bettel. S’alignant sur les moyens déployés au niveau national dans le cadre de l’initiative Digital Lëtzebuerg, le Luxembourg est aussi prêt à jouer un rôle précurseur, constructif et participatif dans la mise en œuvre de la stratégie numérique pour l’Europe. »

Le supercalculateur luxembourgeois, outil d’innovation à la disposition des entreprises

Luxembourg, dans le cadre de ce programme, accueillera un supercalculateur. Dans l’édition hiver d’ITnation MAG, Jean-Marie Spaus, coordinateur du projet HPC au Luxembourg au sein du ministère de l’Economie, évoquait la mise en place du supercalculateur luxembourgeois « d’ici la fin de l’année 2018, au plus tard au début 2019 ».

L’outil, au Luxembourg, aura pour particularité de ne pas servir uniquement la recherche. Avec lui, la volonté est de permettre à tous les acteurs économiques, notamment aux PME innovantes, d’accéder à une importante puissance de calcul pour innover. L’idée est de mutualiser cette ressource, d’en démocratiser l’accès.

Avec l’annonce de la Commission, le Luxembourg voit sa position de coordinateur du projet renforcée. « La proposition d’héberger au Luxembourg la structure qui déploie l’infrastructure européenne de superordinateurs d’envergure mondiale confirme la renommée de notre pays en tant que ‘smart nation’, paré pour une société numérique, assure le ministre de l’Economie, Etienne Schneider. À travers le HPC, nous permettons à tous les acteurs économiques au Grand-Duché, et notamment aux entreprises innovantes, d’accéder à une importante puissance de calcul pour innover et se développer. Le HPC est aussi un outil indispensable dans le cadre de la stratégie Rifkin. »

 

Plus d'informations disponibles dans nos Archives.